Marcel Broodthaers. Poetry 1961—1968

LE RHINOCÉROS

avec la brusquerie d’un dentiste qui attaque le mal

des impressions d’enfance. Il charge le vent

à sa racine. Il fait l’ombre. Mangeur d’étoiles.

THE RHINOCEROS

A moody beast, he charges at birds, at most of

as abruptly as a dentist attacks the pain our childhood

impressions. He charges at the wind as abruptly at its root.

He makes the darkness. Eater of stars.


UN JEU

Il rugit le rayé.

Il avait prévenu l’autre du danger.

Il l’aurait mal dit, expressément, sans doute.

Des rayures dévorent des rayures.

Il y a une vitesse de fuite dans ces animaux qui les fait

se confondre avec les objets inanimés. Je pense à une

cravate alternant le noir et le blanc, à ces tableaux de

mouvement si proches et si lointains à la fois.

Zèbre-Tigre-Photo

A GAME

He roars his stripiness.
He had warned the other of the danger.
He probably put it badly, on purpose, no doubt.
Stripes devour stripes.
There’s a swiftness in flight in these animals
that means they get confused with inanimate objects. I think
of a tie alternately black and white, of those pictures of
movement that are both so near and so far.
Zebra – Tiger – Photograph


LES ZÈBRES

Les bons sont blancs. Les mauvais sont noirs.
Moi, je suis rayé sans espoir; (de blanc
Là où le noir servait et de noir où le blanc…)
Seul, dans la course vers le pouvoir suprême,
Je retrouve mes frères égauх.

La troupe est grise.

ZEBRAS

The good ones are white. The bad ones are black.
Me, I’m striped without hope; (white
where black was and black where white…)
Alone, in the race toward supreme power,
I find my brothers, my likness.

The herd is grey.

 

M. B. 1961


MA RHÉTORIQUE

Moi Je dis Je Moi Je dis Je
Le Roi des Moules Moi tu dis Tu
Je tautologue. Je conserve. Je sociologue.
Je manifeste manifestement. Au niveau de
mer des moules, j’ai perdu.
Je dis je, le Roi des Moules, la parole
des Moules.

 

MY RHETORIC

 

Me I say I Me I say I
The King of Mussels Me you say You
I tautologize. I curate. I sociologize.
I manifestly manifest. At the
sea of mussels level, I have lost.
I say I, the King of Mussels, the language
of Mussels.


LA MOULE

Cette roublarde a évité le moule de société.
Elle s’est coulée dans le sien propre.
D’autres, ressemblantes, partagent avec elle l’anti mer.
Elle est parfaite.

THE MUSSEL

This clever thing has avoided society’s mould.
She’s cast herself in her very own.
Others, lookalikes, share with her the anti-sea.
She is perfect.


LES NUAGES

Est-ce vrai que le môle et le baluste maculé
nagent dans la lune? Je ne sais pas, je ne sais pas.
On dit qu’il n’y a aucune ressemblance là-bas.
Ce serait différent.

THE CLOUDS

Is it true that the noonfish and the spotted
triggerfish swim in the moon? I don’t know, I don’t
know. They say there’s no resemblance there. It’s
probably different.

 M. B. 1961


La formule du poisson est féroce,

 c’est un cube, une boule, une pyramide

 ou un cylindre obéissant aux lois de la mer.

 Un cube bleu. Une boule rouge. Une

 pyramide blanche. Un cylindre blanc.

 

 Ne bougeons plus. Silence. L’espèce

 dilate et fait mouvement.

 

 Un cube vert. Une boule bleue. Une pyramide blanche.

 Un cylindre noir.

 

 Comme les rêves dont on ne se souvient pas.

 Ils nagent ailleurs dans un monde ou Requin,

 Couteau, Cuisinier sont des synonymes.

 

 Un cube blanc. Une boule blanche. Une pyramide blanche.

 Un cylindre blanc.

 

 

 The format for a fish is savage,
it’s a cube, a ball, a pyramid
or a cylinder that obeys the laws of the sea.
A blue cube. A red ball. A
white pyramid. A white cylinder

Let’s not move any more. The species
dilates and advances.

A green cube. A blue ball. A white pyramid.
A black cylinder.

Like she dreams we don’t remember.
They swim in a world where Shark,

Knife and Cook are synonyms.

A white cube. A white ball. A white pyramid.
A white cylinder.

M. B. 1968


Enfin,

Qu’est-ce que la

peinture? Eh bien

c’est la littérature —

Qu’est-ce que la littérature alors?

Eh bien c’est la peinture

 

Eh bien alors — alors c’est bien

Mais qu’est-ce que le reste?

Ce qui reste — c’est une réforme de la lune

Quand elle est pleine, et que les cons y croient

Quand elle n’est qu’un mince croissant et soulève

des sentiments

Quand est la nuit noire théorique.

 

 

 

In a word,

What is painting?
Well, it’s literature –
What’s literature, then?

Well, it’s painting

 
Ah, well – all’s well, then
But what does that leave?
What’s left – is a reform of the moon
When it’s full and fools believe in it
When it’s only a slender crescent and arouses feelings In the black night of theory.

M.B. 1966

Mailing List

Subscribe to our mailing list and get the latest news from Garage